Histoires de chiffons

Marionnettes, ombres, violoncelle

Texte, mise en scène : Evelyne Lohr

Jeu et manipulation : Magali Barradel, Evelyne Lohr

Musique : Florence Selmi (violoncelle)

Mécanicien en marionnettes, construction : Pascal Orsini

Son et lumière : Yannik Merle

Linge, fripes, nippes…. haillons, loques, chiffe, guenilles « Parler chiffons », c’est parler de mode.. du temps où le chiffon était une étoffe pour confectionner des vêtements et pas un bout de vieux tissu pour faire le ménage. Du temps où l’on reprisait les chaussettes, où les vêtements étaient choses précieuses, mis jusqu’à l’usure. Du temps où d’un manteau usé on faisait un veston, puis une cravate et un bouton.

Le spectacle commence avec la litanie de la mère de famille : aujourd’hui, mes enfants ont tout juste le temps de mettre une ou deux fois des vêtements souvent « made in china », fabriqués par des enfants pour des enfants.. bientôt ils n’auront plus besoin de nous, si ce n’est pour ranger, laver et trier le linge. Ce tri infini, éternel et fastidieux.

C’est la confrontation de deux univers : celui de l’opulence, de la quantité, de la variété, où les choses ne durent qu’un temps bref, celui de la mode qui passe ; celui d’un temps largement révolu, où la valeur était celle du temps passé à confectionner manuellement les choses, faites pour durer dans le temps. réflexion sur la valeur des choses, celles qui nous sont transmises, sur les savoir-faire : comment naît une étoffe, un tissu ? La fabrication et l’apprêt du fil, le tissage et le travail de la dentelle – parce que c’est l’histoire d’ici.